www.veillemag.com
Candidat(e)s aux élections départementales et régionales : pourquoi devez-vous vous préoccuper des données des citoyen(ne)s ?

Aurélie Luttrin, Présidente de Nomolex Performance, membre de la CyberTaskForce

Notre monde est en pleine mutation. Nous sommes désormais dans une ère où le monde physique produit un nombre de données toujours plus important en raison de l’augmentation exponentielle du nombre de capteurs.
 A travers chaque navigation, utilisation d’ordinateurs, téléphones portables et objets connectés, nous produisons des données sur notre vie personnelle ou professionnelle, notre santé, nos secrets des affaires, industriels et bancaires, nos secrets d’Etat. Nous produisons ainsi un véritable jumeau numérique. Etudiez le jumeau numérique d’une personne et vous en saurez plus sur cette personne qu’elle ne vous en dira jamais !
 

Mais aujourd’hui qui gère ces fameux jumeaux numériques ?
Beaucoup de personnes mais rarement les principaux intéressés, à savoir les producteurs de données (citoyens, entreprises, administrations, collectivités territoriales….).
Nous sommes dans une guerre mondiale des données qui se durcit chaque jour qui passe, avec deux blocs prépondérants les Etats-Unis et la Chine, certains Etats, comme les Etats-Unis, n’hésitant pas à utiliser des lois extraterritoriales pour siphonner les données d’autres Etats, entreprises et citoyens étrangers (même quand les serveurs sont en Europe) et ainsi asseoir leur domination politique et économique.
Bon nombre de pays ont déjà compris que le véritable pouvoir ne résidait pas dans la gestion du monde physique mais dans la maîtrise du jumeau numérique. La domination d’un Etat sur un autre ne se fait plus par la domination territoriale mais par la maîtrise des données de cet Etat.
Dans un contexte géopolitique tendu, quels impacts pour les citoyens français ? Pourquoi les candidats devraient se préoccuper des données de leur territoire ?

Pour que les femmes et hommes politiques reprennent le pouvoir qu’ils sont en train de perdre
Le jumeau numérique des territoires est rarement maîtrisé par les territoires eux-mêmes : captation légale ou illégale de données de citoyens par des tiers, stockages de données auprès d’entreprises tombant sous le coup de lois extraterritoriales, conclusions de contrats privant le territoire de liberté d’usage de ses propres données et de liberté d’adaptabilité des technologies au gré des besoins du territoire, systèmes de cybersécurité parfois défaillants, absence de stratégies organisationnelles, contractuelles, managériales, éthiques pourtant indispensables.
Beaucoup de territoires se sont précipités sur les usages pour entrer dans la construction du territoire intelligent.
Or, se concentrer sur les usages avant la maîtrise du jumeau numérique revient à commencer par les murs et le toit d’une maison sans construire la fondation.
Si les élu(e)s ne maîtrisent pas les données de leur territoire, ils n’ont plus de pouvoir et ne contrôlent plus rien.
Les véritables décideurs seront les tiers qui auront ces données, tiers qui n’ont pas été élus et qui n’ont pas vocation à servir l’intérêt général, encore moins quand il s’agit de cybercriminels.

Les élu(e)s doivent réagir s’ils ne veulent pas disparaître et se faire concurrencer par des sociétés vantant les mérites des territoires-plateformes, considérant les citoyens comme de simples consommateurs.
Cette théorie oublie un fait : certains citoyens ne pourront jamais être les consommateurs de ces entreprises. Est-ce-à -dire qu’il faut les ostraciser, les écarter de notre société ?

Ce n’est pas la conception que nous avons, en France, de l’intérêt général et des valeurs républicaines.
Se préoccuper du stockage des données des territoires, des conditions de leur exploitation, du choix des technologies n’est pas un débat d’experts informatiques, c’est se préoccuper de la satisfaction des besoins des citoyens et les protéger.
 

Protéger les citoyens et rétablir un lien de confiance

Les territoires collectent des données sensibles d’entreprises, de citoyens dont l’exploitation par de mauvaises mains peut se retourner contre eux, en les privant, par exemple, d’accès à certains services ou en favorisant des actes de concurrence déloyale.
Etre élu(e), c’est désormais être le tiers de confiance dans la gestion des données collectées.
Les données territoriales sont un bien précieux qu’il faut garder jalousement pour construire des services plus performants et sur-mesure, l’objectif étant de répondre et d’anticiper les besoins des concitoyen(ne)s et de rétablir un lien de confiance aujourd’hui mis à mal.

Mais pour ce faire, il faut prendre conscience qu’être élu.e,  aujourd’hui, c’est maitriser un nouveau champ lexical, une géopolitique et un nouvel écosystème. Être élu aujourd’hui va nécessiter de se former de manière continue pour pouvoir défendre les intérêts des citoyens et ainsi défendre la démocratie
 

Protéger la démocratie
Les mandats actuels et les futurs mandats devront se construire autour des données territoriales.

Il y va du succès des programmes électoraux mais aussi de la pérennisation de la démocratie.

 Loin de vouloir jouer les Cassandre, les crises économique, sociale et politique que nous traversons s’aggraveront si nous ne plaçons pas la maîtrise des données au cœur des stratégies territoriales.
 La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. Aujourd’hui, le pouvoir du peuple passe par la maîtrise des données produites par le peuple. Les élu(e)s en tant que délégataires de ce pouvoir doivent être en capacité de protéger les jumeaux numériques de leurs concitoyens et entreprises.
Selon Alexis de Tocqueville, « il faut une science politique nouvelle à un monde tout nouveau ».
Candidat(e)s aux élections, à vous de construire une nouvelle science politique qui corresponde au monde nouveau dans lequel nous vivons !

Auteur : Aurélie Lutrin. Présidente de Nomolex Performance
Lien Linkedin

Créée en 2018, Nomolex Performance a pour objectif de redonner aux acteurs publics et parapublics, ainsi qu’à certains acteurs privés, le contrôle de leurs données dans le but d’accroître leurs performances économique, sociale, technologique et écologique. Convaincu que la construction d’un territoire intelligent passe par la souveraineté numérique, le Groupe co-construit avec l’ensemble des parties prenantes des territoires des solutions innovantes associant technologie et changements de paradigmes, avec comme engagements l’humanité et la déontologie. Son ambition : faire des territoires de véritables tiers de confiance pour la population.